Autour de Dino Campana

Tour d’Italie en bicyclette (Ier à la ligne d’arrivée de Marradi)

De la haute pente raide abrupte
Comme mouvante dans le chaos d’un tourbillon
Comme un cri mouvant du tourbillon
Comme le nocher du cœur insatiable –

Fouillis de roche alpestre : cris de foules revigorées
Vie primitive de foules dans l’ivresse :
Un corps bronzé depuis le tourbillon
Se donne à la terre d’un lancé léger –

Oscille de vertige le silence dans la muette catastrophe des roches ardentes d’alentour –

– Toi tu bondis haletant fuyant fuyant dans les battements indomptés
Le cri frémissant des mille qui rugit et disparaît avec toi
Bondit une foule en chasse elle se dénoue se noue une foule
Tourne une foule en chasse Dionysos Dionysos Dionysos

Dino Campana, poème extrait de Il più lungo giorno, traduit par Irène Gayraud.

Giro d’Italia in bicicletta (I° arrivato al traguardo di Marradi)

Dall’alta ripida china precipite
Come movente nel caos d’un turbine
Come un movente grido del turbine
Come il nocchiero del cuore insaziato –

Bolgia di roccia alpestre: grida di turbe rideste
Vita primeva di turbe in ebbrezze:
Un bronzeo corpo dal turbine
Si dona alla terra con lancio leggero –

Oscilla di vertigine il silenzio dentro la muta catastrofe di roce ardente d’intorno –

– Tu balzi anelante fuggente fuggente nel palpito indomo
Un grido fremente dai mille che rugge e scompare con te
Balza una turba in caccia si snoda s’annoda una turba
Volta una turba in caccia Dionisos Dionisos Dionisos