Autour de Dino Campana

Mes vers sont merveilleux : à certains

Mes vers sont merveilleux : à certains
Cela semblera être tout un fourbi de foire
C’est une grande illusion ; ils sont faits
De tout ce qui vous plaira.
Un bon fils d’ailleurs n’est pas obligé
De se faire des costumes tous les jours
Il a déjà un modèle, il vous montre son corps
Et arrangez-vous avec à volonté
Vous ne savez pas faire ? Vous voulez
Un plat déjà beau et bien présenté ?
Si vous y pensiez vous auriez honte
Pour votre dignité et pour la nôtre
Èf Té Marinetti à un certain moment
Dit : la couturière m’a fait un costume
Exprès pour la guerre, cette couturière
Qui spécialise la spécialité
Je le porte tout le temps et il se sera déchiré
Mais ce n’est pas pour autant qu’il cesse d’être beau
Et là où il fait défaut viennent pour l’aider
De la fumée et l’amour de la liberté.

C’est pareil pour moi dans le mien tout petit, j’ai revêtu
Celui que j’ai pu et qui me convenait
Je suis défait, déchiré, et bien regardez
Si ce qui transparaîtra est laid
Le cœur des poètes est bien parfois
Beau déjà en lui-même et vous pourriez
Bien le savoir si vous croyiez
Ou aviez un petit peu d’humanité.
Mes vers sont merveilleux : à certains
Cela semblera être tout un fourbi de foire
C’est une grande illusion ; ils sont faits
De tout ce qui vous plaira.

Dino Campana, poème extrait du Quaderno, traduit par Irène Gayraud.

I miei versi sono meravigliosi: a qualcuno

I miei versi sono meravigliosi: a qualcuno
Potrà sembrare tutta robetta da fiera
È una grande illusione; sono fatti
Di tutto quello che vi piacerà
Un buon figliolo poi non è obbligato
A farsi dei vestiti tutti i giorni
Lui ci ha un modello, vi mostra il suo corpo
Ed arrangiatevelo a volontà
Non lo sapete fare? Voi volete
Un piatto di già bell’e scodellato?
Se ci pensate vi vergognerete
Per la vostra e la nostra dignità
Effe Ti Marinetti a un certo punto
Dice: la sarta mi ha fatto un vestito
Apposta per la guerra, quella sarta
Che specializza la specialità
Lo porto sempre e si sarà stracciato
Ma non per questo cessa d’esser bello
E dove manca vengono in aiuto
Fumo ed amore per la libertà.

Io così nel mio piccolo ho vestito
Quel che ho potuto e che mi conveniva
Son mancante, stracciato, ebben guardate
S’è brutto quello che trasparirà
Il cuore dei poeti è ben talvolta
Bello già da sé stesso e voi potreste
Ben saperlo se solo voi credeste
O aveste un pochettin di umanità.
I miei versi sono meravigliosi: a qualcuno
Potrà sembrare tutta robetta da fiera
È una grande illusione; sono fatti
Di tutto quello che vi piacerà.

Advertisements