A M. H. LAWES, SUR LES AIRS QU’IL COMPOSE

Harry, dont la musique mélodieuse et bien en mesure °
Enfin a enseigné à notre musique anglaise comment lier
Les mots, la note juste et l’accent, et à ne plus scander
Avec les oreilles de Midas °, mélangeant longues et brèves ;
Ta noblesse et ton talent t’écartent de la foule,
Doté d’assez de louanges pour qu’en blêmisse la jalousie ;
Les temps futurs devront écrire que tu fus celui-là,
Qui d’un air tendre sut amadouer le mieux notre langue.
Tu honores la poésie, la poésie doit te prêter son aile
Pour t’honorer, prêtre du chœur de Phébus,
Qui accordes leurs vers radieux en hymnes, en récits.
Et Dante donnera congé à la renommée, pour te placer plus haut
Que son Casella, qu’il offensa en chantant qu’il fit
Sa rencontre sous les douces ombres du purgatoire. °

Traduit de l’anglais par ©Maxime Durisotti

Notes :

  • Harry Lawes a notamment composé la musique de Comus, le masque écrit par Milton joué en 1634.
  • Apollon punit Midas d’avoir préféré, à sa musique, celle de Pan : il l’affubla des oreilles d’un âne (cf. Ovide, Mét.)
  • Casella : compositeur que rencontre Dante au chant II du Purgatoire.

TO MR. H. LAWES, ON HIS AIRS

Harry, whose tuneful and well-measured song
   First taught our English music how to span
   Words with just note and accent, not to scan
   With Midas’ ears, committing short and long,
Thy worth and skill exempts thee from the throng,
   With praise enough for Envy to look wan;
   To after age thou shalt be writ the man,
   That with smooth air couldst humour best our tongue.
Thou honour’st Verse, and Verse must lend her wing
   To honour thee, the priest of Phoebus’ quire,
   That tun’st their happiest lines in hymn or story.
Dante shall give Fame leave to set thee higher
   Than his Casella, whom he wooed to sing
   Met in the milder shades of Purgatory.